Connexion
Menu principal
Autres
Top envois
1
Akela
4162
2
praline
3094
3
Aurel
1846
4
levieux
1075
5
Buffy00
1042
6
panda
877
7
SNOWDOG
865
8
vivie
852
9
Missmilie
705
10
Bribri
688
Infos du site
manuel du chien : La notion de race
Posté par panda le 13/11/2006 18:57:20 (2698 lectures)
manuel du chien

Comment définir la notion de « race » ?

Le chien est sans doute l’animal qui présente le plus de diversités, tant au niveau de sa taille, de son poids que de sa couleur, sa texture de poil, sa forme de tête, d’oreilles, de corps…


Tous les chiens, aussi différents qu’ils puissent être, sont des Canis lupus familiaris et partagent des caractères communs.
Cependant, outre ceux-ci, ils possèdent des caractéristiques morphologiques propres qui les distinguent les uns des autres, et qu’ils peuvent transmettre à leur descendance (couleur et texture du poil, forme des oreilles, taille …).
Ces caractéristiques font qu’il existe plusieurs races de chiens.

Origine d’une race

Il est probable que, dès le début de la domestication du chien, l’homme ait essayé de sélectionner les animaux qui l’intéressaient le plus, qui étaient les mieux adaptés à son mode de vie.
C’est ainsi que, progressivement, se sont créées différentes races : chiens des montagnes, grands et lourds, chiens de steppes, élancés, chiens des forêts, de petite taille, …

Les Egyptiens, par exemple, connaissaient déjà les grands types de chiens : de berger, de chasse, de garde ou de compagnie.

Les éleveurs modernes ont poursuivi cette sélection empirique effectuée sous l’influence des milieux géographique, humain et du climat dans lequel vivaient les chiens.
Et c’est à la fin du XIXème siècle, début XXème que la plupart des races canines que nous connaissons ont été fixées.

Lorsqu’on décrit avec précision les caractéristiques constantes d’une race, on établit son standard .

Apport de l’éleveur

L’apparition d’une race suppose donc qu’un ou plusieurs gênes se soient modifiés spontanément chez certains individus.

C’est alors qu’intervient l’éleveur : en accouplant ces individus, il va essayer d’établir chez leurs descendants ces mutations qu’il trouve intéressantes.

Pour arriver à cette stabilisation, des accouplements consanguins sont indispensables. Toutefois, l’éleveur va aussi procéder à des croisements non consanguins pour améliorer certains éléments de ses animaux qui ne le satisfont pas.
C’est ainsi que ce travail de croisements successifs (consanguins ou non) va lui permettre de définir une race stable.

On voit donc que le travail d’un éleveur consciencieux est loin d’être simple et qu’il faut pas mal de connaissances, de patience et de passion pour le mener à bien !

Format imprimable Envoyer cet article à un(e) ami(e)
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Conversation
Qui est en ligne
16 utilisateur(s) en ligne (dont 1 sur Articles)

Membre(s): 0
Invité(s): 16

plus...
Recherche